Je trouve l’exercice intéressant. C’est vrai que l’on prend rarement le temps de se poser et de réfléchir à ce qu’il s’est passé sur nos dernières semaines.

  • Qu’est-ce que j’ai appris ?
  • Quelles sont les leçons à retenir ?
  • Quelles ont été les éventuelles difficultés ?
  • Comment je me situe par rapport à mes objectifs ?

 

Alors, c’est parti ! J’avais commencé à y réfléchir il y a une semaine déjà. J’en avais profité pour écrire quelques réflexions de tout ce qui me passait par la tête.

Dans ce bilan, il y aura donc :

  • des contenus intéressants que je vous partage (si si, prenez le temps d’y jeter un oeil)
  • des réflexions plus globales sur la vie (sans tomber dans une philosophie de comptoir)
  • quelques conseils pour moi-même (et pourquoi pas vous aussi ?)

Ce qui m’est passé par la tête en 8 points

#1. Entourons-nous des bonnes personnes

J’en ai déjà parlé dans un précédent article : j’ai quitté mon job en début d’année pour me lancer en freelance.

J’ai profité de ce premier mois pour passer plus de temps avec les personnes que j’apprécie et qui sont dans le même état d’esprit que moi. J’ai aussi eu l’occasion de rencontrer de nouvelles personnes géniales.

Chacun a la capacité de se créer son propre environnement. Il n’y a rien de plus stimulant que d’échanger avec des gens qui se questionnent, sont face aux mêmes challenges que soi. Ça me permet de rester motivé et d’avancer.

Choisissons bien les personnes avec qui nous avons envie de passer du temps, c’est important (en tout cas pour moi !

💪🏼).

#2. L’importance d’avoir une vision long-terme lorsqu’on se lance dans un projet.

Je lis régulièrement ce genre de conseils. J’ai toujours été convaincu par cet état d’esprit. C’est encore plus le cas aujourd’hui !

L’exemple le plus concret pour moi est le lancement de mon activité de copywriter en freelance. Lorsque je suis en rendez-vous client, 100% des personnes me parlent de mes contenus sur Medium ou sur le blog que vous êtes actuellement en train de lire.

La relation est tellement différente. La personne en face de moi :

  • me connaît un peu plus
  • comprend mon état d’esprit et mon approche du travail
  • sait aussi ce que je suis capable de produire

Et ce travail-là, je l’ai commencé il y a un an et demi. Alors oui, ce n’est pas tout le temps simple de trouver la motivation de se mettre derrière son ordinateur le soir pour écrire, alors que j’avais un job à temps plein. Mais le jeu en vaut tellement la peine sur le long-terme.

Macro Patience, Micro Speed.

#3. Il faut s’éloigner des environnements toxiques pour soi

Et le mot n’est pas trop fort. Je n’ai pas toujours été en phase avec l’environnement et les personnes que je côtoyais.

Cette toxicité, on ne s’en rend pas toujours compte lorsqu’on y vit au quotidien. Et parfois, nous n’avons pas le choix. Je suis maintenant beaucoup plus attentif aux signes extérieurs, aux comportements des personnes et à la façon dont je me sens dans un environnement donné. Comment ?

En commençant par écouter les gens dont je suis le plus proche. Ils ont réussi à sentir lorsque ça n’allait pas ou que je n’étais pas dans le bon état d’esprit. Tout l’enjeu est d’accepter de les entendre, au bon moment.

Notre temps est précieux. J’ai pris conscience que rien n’allait avancer en discutant, en se plaignant. Les comportement ne changent jamais vraiment, d’autant plus lorsqu’il n’y a pas cette volonté de s’améliorer.

Maintenant, je préfère agir.

#4. Quand on est seul, il faut réapprendre à s’organiser

Être freelance, c’est aussi accepter d’être solitaire. J’aime vraiment rester chez moi, seul pour travailler, regarder un film ou lire un bouquin. Ce n’est pas la partie que j’appréhende le plus.

En revanche, on est seul pour organiser son emploi du temps et ses projets. J’ai été habitué à remplir mes journées à tout prix, simplement parce que le modèle du salariat fonctionne comme celui-ci.

Une journée de travail commence à 9h30 et se termine à 19h. C’est comme ça.

Avant d’être indépendant, cela ne me serait jamais venu à l’idée de couper mon après-midi en lisant un livre de 15h à 15h30. Je n’aurai jamais pu le faire avant, parce que ce n’est pas accepté dans un modèle plus traditionnel.

J’ai donc modifié mes méthodes de travail en réorganisant mes journées. Rien n’est encore figé et je continue de tester de nouvelles façons de m’organiser.

#5. Un tweet pour se poser les bonnes questions

Il s’agit d’un tweet de Shane Parrish. Si vous ne le connaissez pas, je vous conseille vivement d’aller lire ses articles sur Farnam Street. Il fait partie des quelques très bons blogs que je suis régulièrement.

Son tweet mentionnait les différentes sources pour se créer un avantage compétitif. J’ai trouvé ça intéressant :

  • L’argent
  • Le réseau (les personnes que nous connaissons)
  • Les compétences et leurs combinaisons
  • Le goût de l’effort
  • La vitesse
  • La capacité à changer d’état d’esprit
  • L’envie d’apprendre en devenant meilleur
  • L’environnement dans lequel chacun de nous évolue

À garder précieusement en tête. (Le tweet est ici).

#6. J’ai des envies de voyages, de grands espaces et d’exploration.

En début de mois, j’ai regardé un nombre considérable de vidéos, films et reportages sur le sport et la nature. Et pourtant aujourd’hui, je ne fais pas plus de sport…

J’avais déjà eu la chance de voyager, il y a maintenant un an pendant plusieurs mois en Asie.

Et cette envie d’exploration revient ! D’autant plus qu’aujourd’hui, le modèle freelance pourrait s’adapter parfaitement à quelques voyages de plus longue durée dans l’année.

Certains commencent déjà à se planifier pour les prochains mois, j’ai hâte !

#7. Il n’y a pas que des contenus “LOL” sur Youtube.

Alors bien sûr, ce constat n’est pas vraiment nouveau. Youtube est aussi une mine d’or d’informations. Alors qu’il y a quelques mois, j’allais sur Youtube pour faire une pause, me vider la tête, c’est maintenant une de mes sources préférées pour avoir des idées et découvrir de nouveaux créateurs.

Je pense à Nerdwriter, John Fish, Just Write, Marketing Mania ou encore Nota Bene. Ce ne sont que quelques-unes des chaînes que je prends plaisir à suivre chaque mois.

#8. Se fixer des objectifs + un cadre pour avancer.

Sans ça, j’ai du mal à avancer correctement.

J’ai fais l’erreur de ne pas m’en fixer dès la première semaine, qu’ils soient pros ou persos. Et je me suis rendu compte qu’avoir des objectifs et un plan à suivre pour les atteindre me motive beaucoup plus dans mes projets.

Ce n’est peut-être pas le cas pour tout le monde, mais c’est en tout cas comme ça que j’aime fonctionner.

Sans que cela soit bullshit, je me suis fixé mes propres routines, ma propre organisation (jusque dans l’arborescence de mes dossiers sur mon ordinateur… 😓). Et c’est en me fixant un cadre et des règles précises que je me sens le plus confortable.

J’ai décidé de fonctionner en OKR (Objectif Key Results) parce que c’est une méthode que j’avais déjà pu expérimenter dans mes deux derniers jobs et qu’elle fonctionnait plutôt bien pour moi.

Mes objectifs sont donc annuels (et il n’y en a pas 10 pour rester focalisé). Je les découpe ensuite par trimestre. Cela me permet d’avoir une vision plus court-terme des étapes à franchir pour atteindre les objectifs que je me suis fixé.

Je reparlerai de ce système à la fin du premier trimestre. Inscrivez-vous à la newsletter pour être prévenu lorsque l’article sortira ! 😙

Pour terminer

Voilà en quelques points, les choses auxquelles j’ai pensé ce mois-ci. Si le format vous plaît, n’hésitez pas à m’en parler dans les commentaires ou à m’envoyer un message.

J’ai vraiment apprécié écrire cet article, même s’il est peut-être un peu plus décousu que d’autres. Quoi qu’il en soit, j’ai trouvé l’exercice intéressant !

Et si vous preniez le temps de faire la même chose sur le prochain mois ? De mon côté, j’ai déjà commencé.

note février 2019

J’ai créé une newsletter hebdomadaire dans laquelle j’envoie l’article de la semaine et je vous parle de mes projets du moment.